Interview 7 – Quelles sont les sources littéraires du Rififi à Bucarest ?

Dans une pastille précédente, j’évoquais les sources d’inspiration du personnage d’Arthur. Je vous propose aujourd’hui de les développer davantage.

Pour celles et ceux qui auraient déjà lu mes traductions des polars de George Arion et auraient également lu Du Rififi à Bucarest, en supposant qu’il y en ait, vous aurez peut-être observé que les mésaventures d’Arthur partagent de nombreux points communs avec celles du personnage d’Andreï Mladin. Le personnage de voisine un peu fureteuse d’Arthur n’est par exemple pas sans rappeler celui de Madame Margareta. Le fait également que Du Rififi à Bucarest s’ouvre sur un violent cambriolage est également un autre clin d’œil volontaire au roman Qui veut la peau d’Andreï Mladin ?

Il faut dire qu’en tant que traducteur, l’univers romanesque d’un auteur sur lequel on a travaillé aussi longtemps et on travaille encore finit aussi par devenir le nôtre.

En tant que lecteur, j’ai également une grande fascination pour le travail de Daniel Pennac, et sa série des Malaussène. Celle-ci a également été une grande source d’inspiration. Roman écrit à la première personne, personnage principal devant mener une enquête malgré lui, personnages secondaires plus ou moins fantasques…

Ensuite, je citerai le travail de Tom Sharpe avec son personnage de Wilt et son humour décapant qui a également été très présent à mon esprit lors de l’écriture.

Je n’oublierai pas non plus de parler ici de l’écrivain belge Alain Berenboom, tout autant pour sa série des Michel Van Loo, polars à la fois burlesques et historiques et surtout son roman majeur, Monsieur Optimiste, dans lequel le narrateur se plonge plus ou moins malgré lui dans des archives familiales. Si vous n’avez jamais ouvert ce livre, précipitez-vous ! C’est un chef-d’œuvre.

Autre influence littéraire importante et belge, remontant pourtant à une enfance de plus en plus lointaine, je citerais pour finir Tintin, en particulier pour ses séquences de gags si loufoques.

Le cinéma compte également beaucoup pour moi en tant qu’écrivain. Mais je vous propose de revenir sur cette question une autre fois !

***

Care sunt sursele literare ale Du Rififi à Bucarest?

Într-un mesaj anterior, am evocat sursele de inspirație care au condus la creația a personajului Arthur. Vă propun astăzi să le dezvolt aici mai mult.

Pentru cei care au citit traducerile mele in franceză din thrillerele lui George Arion și, de asemenea, care au citit Du Rififi à Bucarest (presupunând că astfel de cititori există), ați putut observa că aventurile lui Arthur împărtășesc multe puncte comune cu cele ale personajului lui Andrei Mladin. Vecina lui Arthur seamănă, la rândul ei, și în mod evident, cu Doamna Margareta din Atac in bibliotecă a lui George Arion. Faptul că Du Rififi à Bucarest începe cu un jaf este și un alt mod voluntar din partea mea de a-l evoca din nou tot pe acest roman.

Ca traducător, ar fi fost culmea ca lumea fictivă a unui autor cu care am lucrat atât de mult timp (și cu care încă mai lucrez) să nu devină puțin a mea!

Ca cititor însă, am de asemenea o mare fascinație pentru munca lui Daniel Pennac, și seria sa cu personajul Benjamin Malaussène. A fost, de asemenea, o mare sursă de inspirație pentru mine. Un roman scris la persoană întâia, personajul principal find implicat intr-o anchetă în ciuda voinței sale, multe personaje secundare mai mult sau mai puțin excentrice…

În paralel, m-am referat enorm la opera lui Tom Sharpe, cu personajul său Wilt și umorul său deosebit, care au fost, de asemenea, foarte prezenți în mintea mea atunci când scriam romanul meu.

De asemenea, nu voi uita aici să-l menționez pe scriitorul belgian Alain Berenboom, si pe seria lui cu personajul Michel Van Loo, o serie de thrillere atât comice cât istorice. Si mai ales pe romanul său major, Monsieur Optimiste, în care naratorul este mai mult sau mai puțin obligat să se confrunte cu niște secrete de familie. Dacă nu ați citit-o până acum pe această carte, grăbiți-vă! Este o capodoperă.

O altă influență literară importantă (și belgiană din nou), din copilăria mea din ce în ce mai îndepărtată, ar fi Tintin, mai ales pentru gagurile lui atât de amuzante.

Cinematograful, de asemenea, înseamnă foarte mult pentru mine ca scriitor. Dar vă sugerez să revenim la această temă altă dată!

Publié par sylvaudetgainar

Sylvain Audet-Găinar est né en 1980 et a fait des études de Lettres à Lyon, à Strasbourg et à Bucarest. Fasciné par la Roumanie, il y a vécu et enseigné le français pendant de longues années. Il a également été le traducteur de plusieurs polars roumains, avant de se lancer aujourd’hui dans l’écriture de ses propres romans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :